A B C D E F G H I J K L M N O P R S T V W Z

170 pages, 19 euros
ISBN 978-2-35821-021-8

commander

Huysmans et Cécile Bruyère, abbesse de Sainte-Cécile de Solesmes

Correspondance

C’est singulier pourtant de ne pas vouloir comprendre que le style du XVIIe siècle, excellent en tant que langue oratoire, et très apte également à exprimer des idées purement abstraites, est absolument impuissant à rendre la vie ambiante de nos jours, à décrire les mille nuances compliquées de l’être moderne, à fixer l’âme d’un temps. Cette incompréhension a été la mort de l’art catholique qui n’existe, à l’heure actuelle, plus.
J.-K. Huysmans à Cécile Bruyère, 11 juin 1897.

Lorsqu’on a vécu dans un milieu raffiné, que les forces sont moindres, que la vie vous a usé, que l’observation, la réflexion vous ont accoutumé à juger et à apprécier ce qui vous entoure, débuter dans la vie religieuse nécessite une telle mort du jugement propre, et de la sensibilité que cet obstacle, s’il n’est point radical, est au moins considérable. Or être moine, sans ces renoncements, me semble un danger véritable, on ne peut être religieux et surtout moine à demi.
Cécile Bruyère à Huysmans, 7 septembre 1898.


Edition de Philippe Barascud

X